www.faune-drome.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo-drome.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes espèces
       - 
Cigogne blanche 2019
       - 
Effraie des clochers 15-19
       - 
Gypaète barbu 15-19
       - 
Hirondelle de fenêtre 2019
       - 
Hirondelle rustique 2019
       - 
Martinet noir 2019
       - 
Moineau friquet 2019
       - 
Tarier des prés 2019
       - 
Traquet motteux 2019
       - 
Vautour fauve 17-19
       - 
Vautour moine 17-19
       - 
Genette commune 15-19
       - 
Loutre d'Europe 16-19
       - 
Lézard ocellé 2019
       - 
Crapaud commun ou épineux 2019
       - 
Grenouille rousse 2019
       - 
Salamandre tachetée 2019
       - 
Brunette hivernale 18-19
       - 
Agrion à stigmas pointus 2019
       - 
Diane 2019
       - 
Petite Tortue 18-19
       - 
Proserpine 2019
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses faunistiques
 - 
Atlas des Oiseaux Nicheurs - Carte départementale
 - 
Atlas communal des espèces (tous taxons)
 - 
Cartes de présence des espèces (tous taxons)
Utilisation du site
 - 
Charte de déontologie
 - 
Code d'éthique
 - 
Guide d'utilisation
 - 
Codes atlas : explications et utilisation
 - 
Papillons de jour
 - 
Grenouilles de type "verte" : saisie des données
 - 
Loutre d'Europe : saisie des données
 - 
Participer à l'opération "Oiseaux des jardins"
 - 
Nous contacter
 - 
Comment redimensionner vos photos?
Publications
 - 
Atlas Mammifères de Rhône-Alpes
 - 
Chroniques naturalistes
Les liens

Papillons de jour

La photographie, une aide précieuse pour la détermination des papillons…

Ca marche dans bien des cas mais pas pour tous !

Une grande partie des espèces de papillons de jour (Rhopalocères) est identifiable sur la base de photographies, ce qui peut grandement faciliter le travail du naturaliste généraliste ou de l’entomologiste occasionnel, pas forcément enclins à transporter un filet à papillons en plus de la longue-vue. Les papillons photographiés peuvent être déterminés à la maison. Pour cela, en plus d’un bon guide illustré (voir en bas de page), il vous faudra :

  • Une bonne qualité de photo, la moins floue possible,
  • La photo du dessus ET du dessous du même papillon (attention à ne pas photographier 2 individus différents, qui pourraient ne pas appartenir à la même espèce et donc vous conduire soit à une erreur de détermination, soit à un casse-tête insoluble !),
  • Choisir de préférence des papillons fraichement éclos (bien colorés et pas trop « usés »)
  • En résumé : de la patience et du self-control face à la frustration d’un papillon qui bouge sans cesse ou qui ne vous montre qu’une de ses 2 faces !

Mais tout n’est pas si simple dans la Nature. Beaucoup d’espèces ne vous dévoileront leur nom que si vous connaissez certains détails de leur anatomie. La capture, au moins temporaire, notamment pour l’analyse des genitalia (organes de la reproduction), est donc parfois indispensable pour leur détermination. Le guide des papillons écrit par Tristan Laffranchis illustre les genitalia de toutes ces espèces.

 

Si vous utilisez un filet à papillons vous pourrez photographier vos captures en les manipulant directement (seulement pour les grandes espèces et avec un minimum de doigté, pour ne pas les endommager) ou en les enfermant provisoirement dans un pot transparent, ou mieux encore, dans une pochette transparente : le papillon sera plaqué les ailes ouvertes, ainsi vous n’aurez pas besoin d’attendre, parfois en vain, qu’il veuille bien entrouvrir ses ailes ou arrêter de s’agiter.

 

Exemple de manipulation d’une Mélitée pour la détermination de l’espèce (photos Cédric Mroczko / ECO-MED)

Photographie de la face inférieure

Photographie de la face supérieure

Photographie des génitalias

Le papillon est ensuite relâché sain et sauf !

Conclusion : il s’agit de Mellicta varia, la Mélitée alpine.

 

Le tableau des espèces de Drôme présente les risques de confusions possibles et les conditions de détermination de chaque espèce (cf. tableau de présentation des espèces [renvoi sur le tableau])


La saisie dans Faune-Drôme

L’abus de photographies et du champ « Remarques » est vivement recommandé

Plus la donnée sera riche et précise plus son analyse sera pertinente pour la connaissance scientifique des papillons et de leurs habitats et donc pour leur préservation.

Pour les photos, en plus des photos « esthétiques », pensez à mettre des photos recadrées, présentant les critères qui vous ont permis la détermination.

 

Recadrage d’une image (photos : Cédric Mroczko / ECO-MED)

La même photographie avant et après recadrage : la seconde, en plus d’être plus esthétique, permet de voir les critères de détermination de l’Argus de l’hélianthème (Aricia artaxerxes), posé sur un Hélianthème, ce qui qui tombe bien !

 

 

Profitez du champ « remarques » pour donner des indications sur le milieu de l’observation (ex. : champ de céréales, haie, jardin, forêt etc. ou encore plus précis : pelouse sèche, lande à genêt de Lobel, etc.)

Pour les espèces les plus rares et/ou les plus délicates à déterminer qui sont signalées dans le tableau de présentation des espèces, les éléments de validation devront apparaître dans ce champ pour la validité des données.

Dénombrement :

Chaque dénombrement agrège l'ensemble des individus observés à l'échelle d'un habitat homogène.

« Valeur exacte » s'applique dans le cas d'un nombre maximal d'individus observés.

« Minimum » s'applique dans le cas d'une estimation réalisée sur site.

« Estimation » ou « Non compté » sont peu utiles.

La saisie d'une donnée d'absence (nombre d'individu = 0) ne doit être utilisée que si l'ensemble des conditions suivantes sont réunies :

  • espèce rare bénéficiant d'un protocole de recherche particulier
  • biotope particulier associéà l'espèce
  • période de recherche cohérente avec la phénologie de l'espèce
  • méthode de prospection adaptée à l'espèce cible
  • temps de recherche considéré comme suffisant
  • Dans tous les cas, il conviendra de préciser en remarque la méthode utilisée, et les différentes conditions de recherche.

Localisation des données :

  • Les habitats circonscrits et de petite taille doivent être précisément localisés à l'aide du curseur rouge. Si l'habitat n'est pas visible sur la photo aérienne (par ex. pelouse forestière), il est utile de préciser en remarque si sa localisation a été réalisée par relevé GPS ou non.
  • Pour les habitats linéaires (layon forestier, digue...), le centre du tronçon prospecté doit être localisé à l'aide du curseur rouge si celui-ci est inférieur à 1 km, de manière à pouvoir identifier précisément l'habitat. La longueur du tronçon prospecté peut être précisés en remarque.
  • Pour les espèces les plus rares, si les observations sont circonscrites à une partie restreinte d'un ensemble paysager plus vaste (partie humide d'une grande prairie, parcelle forestière unique d'un massif), il est souhaitable de localiser le point d'observation sur la zone de présence de l'espèce rare en priorité. Les données d'espèces plus communes observées dans le même secteur pourront être agrégées aisément sur ce même point.
  • Pour les espèces protégées ou très rares, merci de saisir séparément en localisant précisément toutes les observations, même dans un même ensemble paysager. 

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Drôme
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019