www.faune-drome.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo-drome.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes espèces
       - 
Genette commune 15-18
       - 
Martre des pins 15-18
       - 
Loutre d'Europe 16-18
       - 
Muscardin 15-18
       - 
Lérot 15-18
       - 
Cigogne blanche 2018
       - 
Moineau friquet 15-19
       - 
Hirondelle de fenêtre 2018
       - 
Hirondelle rustique 2018
       - 
Martinet noir 2018
       - 
Sizerin cabaret 17-18
       - 
Traquet motteux 2018
       - 
Tarier des prés 2018
       - 
Effraie des clochers 15-18
       - 
Vautour fauve 16-19
       - 
Vautour moine 16-19
       - 
Gypaète barbu 15-19
       - 
Milan royal 2018
       - 
Lézard ocellé 13-19
       - 
Tarente de Maurétanie 14-19
       - 
Salamandre tachetée 17-18
       - 
Frelon asiatique 15-19
       - 
Vulcain 2018
       - 
Citron 2018
       - 
Brunette hivernale 2018
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses faunistiques
 - 
Atlas des Oiseaux Nicheurs - Carte départementale
 - 
Atlas communal des espèces (tous taxons)
 - 
Cartes de présence des espèces (tous taxons)
Utilisation du site
 - 
Charte de déontologie
 - 
Code d'éthique
 - 
Guide d'utilisation
 - 
Codes atlas : explications et utilisation
 - 
Comment redimensionner vos photos?
 - 
Grenouilles de type "verte" : saisie des données
 - 
Loutre d'Europe : saisie des données
 - 
Participer à l'opération "Oiseaux des jardins"
 - 
Nous contacter
Publications
 - 
Atlas préliminaire des reptiles et amphibiens
 - 
Chroniques naturalistes
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 178
 
vendredi 27 avril 2018
La LPO a besoin de vous !
Valence Romans Agglo a missionné la LPO Drôme pour la mise en place du projet d'Atlas de la Biodiversité Territoriale sur 3 ans. Cet ABT vise 18 communes : Chabeuil, Charpey, Chateaudouble, Montélier, Peyrus, Saint-Vincent la Commanderie, Beaumont-lès-Valence, Beauvallon, Etoile-sur-Rhône, Malissard, Montéléger,  Montmeyran, Barcelonne, La Baume-Cornillane, Combovin, Montvendre, Ourches et Upie.
 
L'objectif : améliorer les connaissances naturalistes sur ces communes. 

La LPO Drôme a besoin de vous, contributeurs de Faune-Drôme afin d'améliorer les connaissances naturalistes du secteur. N'hésitez donc pas à vous balader dans ces secteurs et à saisir vos observations. 
 
Deux groupes sont particulièrement ciblés (Amphibiens et Papillons de jour) mais vous pouvez bien sur saisir l'ensemble de vos données : 
 
- Amphibiens : n'hésitez pas à saisir la localisation des zones humides que vous connaissez pour guider nos prospections salariés. Pour cela, il suffit de saisir en mettant 0 amphibien et en notant "ABT" en remarque.
 
- Papillons de jour : si vous n'arrivez pas à déterminer l'espèce que vous observée, n'hésitez pas à ajouter des photos à vos observations. 

Si vous souhaitez participer ou avoir des informations complémentaires, n'hésitez pas à contacter Clément Chauvet à clementchauvet@hotmail.fr. Plusieurs événements, sorties, formations et inventaires participatifs sont prévus dès cette année. Surveillez bien l'agenda de la LPO Drôme et notre Facebook !
 
Bonne saison de terrain et bonnes balades !

posté par Chauvet Clément & Coutout Julie
 
jeudi 26 avril 2018
Oiseaux
Des news du protocole EPOC à mis parcours 2018

L’enquête EPOC 2018 a été lancée le 01/03/2018. Cela fait maintenant plus d’un mois et demi que de nombreux contributeurs utilisent ces formulaires de 5 minutes partout en France. Les premiers résultats sont encourageants. Plus de 3000 EPOC ont été saisis dans faune-France, soit une augmentation de 150% par rapport à 2017! Continuons nos efforts !

Il est temps de tirer un premier bilan de ce début printemps. Entre le 01/03/2018 et le 15/04/2018, 3035 EPOC ont été réalisés dans 84 départements. 288 observateurs ont pris part à cette enquête. Ces résultats concernent uniquement les données saisies avec l’application NaturaList. Pour comparaison, sur la même période en 2017, 1213 EPOC avaient été saisis en France.

 

Département

Nombre d’EPOC 2018 (01/03 et le 15/04)

Yonne (89)

339

Puy-de-Dôme (63)

242

Haute-Savoie (74)

221

Haute-Loire (43)

217

Charente-Maritime (17)

142

Gironde (33)

116

Ain (1)

110

Loire (42)

100

Vienne (86)

84

Côte-d’Or (21)

83

 

Ces résultats sont encourageants. Les résultats publiés par nos collègues du MNHN et du CNRS de Chizé sur la disparition des oiseaux des campagnes montrent l’importance de ce type de dispositif pour assurer une veille de l’avifaune au niveau national et local. 

En Drôme, quelques dizaines d'EPOC ont été réalisés, essayons d'en faire plus durant cette deuxième partie de printemps!

Alors, tous à vos EPOC !

Merci pour votre implication.

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mercredi 25 avril 2018
On ne dit plus j'ai observé un lézard vert mais...

Il faudra s’y habituer, quelques changements de noms ont eu lieu ces derniers temps en herpétologie.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le Lézard vert occidental devient Lézard à deux raies, ni plus ni moins que la traduction de son nom scientifique : Lacerta bilineata. Le nom valide de Lacerta bilineata est Lézard à deux raies, suivant Duméril et Bibron. Lézard vert occidental est un mauvais nom qui n’a aucune base historique, et fait penser à une sous-espèce (un nom trinominal au lieu d’être binominal).

La Couleuvre à collier devient la Couleuvre helvétique, Natrix helvetica. Une nouvelle étude publiée dans la revue Scientific Reports (en accès libre sur ce lien : https://www.nature.com/articles/s41598-017-07847-9).  A la suite d’une étude très complète la Couleuvre à collier nommée Natrix natrix ne vit finalement pas en France. Notre Natrix natrix helvetica n’est plus une sous-espèce mais une vraie espèce. C’est donc Natrix helvetica qui est présente en France ! Natrix natrix vit de l’autre côté du Rhin en Allemagne et Europe du Nord. Conséquence pour l’appellation scientifique française : ce n’est pas la « Couleuvre à collier » qui vit en France mais la « Couleuvre helvétique ». En effet Linné a décrit le premier en 1758 la Couleuvre à collier d’après des exemplaires du nord de l’Europe, qui garde donc le nom Natrix natrix. Pour éviter des confusions, en 1789 Lacepède a préféré nommer « Couleuvre Suisse » (Coluber helveticus), la « Couleuvre vulgaire » citée par le Comte de Rasoumowky et observée dans ce pays. Le nom scientifique français proposé est donc Couleuvre helvétique. En Corse, c’est maintenant Natrix helvetica corsa, dont le nom scientifique français n’a pas encore été tranché…

Idem pour ce qui concerne le Crapaud épineux Bufo bufo spinosus  élevé au rang d’espèce Bufo spinosus suite à une nouvelle étude plus complète validé par le comité SHF. Le Crapaud commun Bufo bufo existe toujours et les deux espèces sont même présentes dans la Drôme dont la limite de répartition n'est pas encore bien connue.

Triturus carnifex (à ce jour pas encore présent en Drôme mais à bien instalé dans la région) appelé jusqu’à présent Triton crêté italien, n’est plus une « semi-espèce » mais est reconnu comme une vraie espèce, son nom français proposé est Triton bourreau, nom oublié mais bien connu et maintes fois cité par les Naturalistes français du XIXe siècle (Duméril et Bibron, etc…). Triton italien est le nom français de Lissotriton italicus, ce qui peut prêter à confusion.

posté par Alexandre Movia
 
lundi 9 avril 2018
Nevroptères
Un nouveau groupe est ouvert à la saisie sur Faune-Drôme : Les Ascalaphes !!

Depuis peu, le taxon des Ascalaphes est ouvert à la saisie sur Faune-Drôme!

Seulement 5 espèces sont présentes en Drôme, l'Ascalaphe soufré, l'Ascalaphe ambré, l'Ascalaphe blanc, l'Ascalaphon du Midi et l'Ascalaphon moucheté. Même si il peut sembler facile de les identifier nous vous demandons tout de même de rester prudent et d'adopter une démarche visant à être sûr de votre observation. Pour valider les données des 3 espèces suivantes (Ascalaphe blanc, l'Ascalaphon du Midi et l'Ascalaphon moucheté) il sera dans un premier temps, systématiquement demandé une photographie ou une description complète des critères observés ainsi qu'une description de l'habitat.

Comme pour les autres taxons entomologiques ouvert à la saisie sur faune-Drôme ayez le réflexe de prendre des photos et si vous n’arrivez pas à l’identifier, n’hésitez pas à le saisir en « Ascalaphidae indéterminé ». L’équipe de vérification se fera un plaisir de l’identifier pour vous.

 

Voici une clé des ascalaphes de France pour vous aider à les identifier :

Document à télécharger :  http://lascalaphe.free.fr/IMG/jpg/plaquette_version_4-page6.jpg

 

Bonnes observations !

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
vendredi 30 mars 2018
A quoi servent vos données de mortalité ?

Le développement d’infrastructures routières a des conséquences directes et indirectes non négligeables sur la faune sauvage, que ce soit en termes de fragmentation des habitats, de pollutions diverses ou de mortalité directe due aux collisions.

La LPO participe au recensement des collisions faune-routes sur son territoire depuis 2012, grâce aux observations saisies sur Faune-Drôme.

Une étude de ces données à l’échelle de la région est réalisée par Marion Pérard, stagiaire à la LPO, en collaboration avec le CEFE de Montpellier. L’objectif est d’identifier des points de conflits faune-routes qui pourront être pris en compte dans l’élaboration du futur Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET).

Marion vous propose une présentation de son travail et un échange, le mardi 17 avril à 19h dans les nouveaux locaux de la LPO Drôme à Chabeuil. La présentation sera suivi d’un moment d’échange autour d’un pique-nique tiré du sac.

Pour des questions d’organisation merci de vous inscrire auprès de Marion marion.perard@lpo.fr

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mercredi 21 mars 2018
Module Mortalité disponible sur l'appli Naturalist !

Avis aux utilisateurs de l'application Naturalist, vous pouvez désormais indiquer sur vos observations si l’animal est mort ou blessé et renseigner clairement la cause, si celle-ci est connue (collision avec un moyen de transport, cause naturelle, etc).Pour profiter de ce nouveau module mortalité, pensez à mettre à jour l'application sur vos téléphones et tablettes (Android) !

Toutes les informations que vous transmettez sur les causes de mortalité de la faune sont essentielles dans la mise en œuvre d’actions de préservations, comme l’aménagement de passages à faune. Si vous ne possédez pas l'application Naturalist, n'oubliez pas que vous pouvez également renseigner la mortalité sur vos observations postées sur http://www.faune-drome.org/. A titre d'exemple, ce portail de restitution des données de mortalité récoltées par le réseau rhonalpin https://aura-partage.lpo.fr/minisite/mortaroutera/

Le développement de ce module a été rendu possible grâce à un financement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la LPO, dans le cadre d’un programme thématique de mise en oeuvre du SRCE Rhône-Alpes ayant pour objectif l'Amélioration de la connaissance et la réduction de l’impact des infrastructures linéaires de transport sur les continuités écologiques de Rhône-Alpes.

Il est mis en oeuvre sous l'égide de la DREAL et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, avec le CEREMA comme chef de file et les partenaires suivants : FRAPNA, LPO Auvergne-Rhône-Alpes et FRC Auvergne-Rhône-Alpes.

 

http://files.biolovision.net/www.faune-ardeche.org/userfiles/ModuleMortaliteNaturalist/Screenshot20180326-103517.png http://files.biolovision.net/www.faune-ardeche.org/userfiles/ModuleMortaliteNaturalist/Screenshot20180326-103524.png http://files.biolovision.net/www.faune-ardeche.org/userfiles/ModuleMortaliteNaturalist/Screenshot20180326-103538.png

 

 

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mardi 6 mars 2018
Oiseaux
C'est l'époque de faire des EPOC !!

Avec le redoux de ces derniers jours, l'activité des oiseaux chanteurs se fait de plus en plus ressentir. Dans un contexte d'érosion de l'avifaune qui se poursuit, il est primordial de renforcer nos connaissances sur les espèces communes qui voit leur statut se dégrader au grès des listes rouges nationales. Au printemps 2017, la LPO, en collaboration avec le MNHN, a lancé l'enquête EPOC sur les estimations des populations d'oiseaux communs.

Les premières résultats sont encourageants:

- près de 8000 EPOC réalisées entre le 01/03/2017 et le 31/06/2017 sur l'ensemble du territoire français (65 points dans la Drôme)

- cela concerne au minimum 71 départements couverts par VisioNature au printemps 2017

- en moyenne, 9 espèces par EPOC pour une abondance de 19 individus par point

Pour rappel, le protocole EPOC se résume suivant 5 modalités :
- Point d’écoute fixe de 5 minutes
- Point d’écoute placé selon l’observateur
- Localisation précise des individus contactés
- Comptage exhaustif de tous les individus de toutes les espèces détectées
- Différenciation individu local/individu en transit

Un changement par rapport au précédent protocole est à noter:

que ce soit sur l'application NaturaList ou par la saisie directement sur ordinateur, il faut ajouter la mention "EPOC" dans le champ Commentaire/Remarque. Sur l'appli NaturaList, juste avant de cocher la case "j'ai signalé toutes les espèces". Et sur ordinateur, dans le champ "Commentaires" suivant la saisie des heures de début et de fin de la liste.

Aucun réplicat n’est demandé et l’observateur peut réaliser le nombre de points qu’il souhaite.

Via le lien vous trouverez en plus du contexte de l’enquête et du protocole EPOC, un tutoriel de saisie permettant de saisir facilement vos points d’écoute sur les bases VisioNature.

Merci pour votre implication.

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mardi 27 février 2018
Mammifères
Atlas mammifère, et si on cherchait le Muscardin??

Il suffit de voir la carte de répartition drômoise du muscardin pour voir qu'il y a encore un peu de travail de prospection pour mieux connaitre l'espèce dans notre département! http://www.faune-drome.org/index.php?m_id=30186

Le Groupe Mammalogique Breton vient d'éditer un livret d'identification sur cette espèce qui est très bien fait. A télécharger ici : http://gmb.bzh/wp-content/uploads/2018/02/LivretMuscardin_Planches.pdf

Encore quelques mois avant que les prospections de l'Atlas de Rhône-Alpes se terminent, alors n'hésitez pas, partez à la recherche de cette espèce encore méconnue!!

N'hésitez pas à nous contacter pour toutes questions : arthur.vernet@lpo.fr ou alexandre.movia@lpo.fr

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mardi 23 janvier 2018
Oiseaux
Sizerin cabaret ou Sizerin boréal ??

Un afflux de sizerins est signalé en France. L'espèce Sizerin boréal est à distinguer du Sizerin cabaret. Pour cela, il faut documenter de manière détaillée l'observation et l'accompagner de photos lorsque cela est possible. En cas de doute, vous pouvez saisir "Sizerin indéterminé".

Pour vous aider dans la détermination, consultez la bibliographie Identification des sizerins :

  • HERREMANS M., 1989. Vocalizations of Common, Lesser and Arctic Redpolls. Dutch Birding, 11 : 9-15. (pdf)
  • STODDART A., 2013. Redpolls: a review of their taxonomy, identification and British status. British Birds, 106 : 708-736. (pdf)
  • ROUSSEAU-PIOT J.-S., 2011. Qui sont nos sizerins ? Statut et identification sur le terrain du Sizerin boréal Carduelis (flammea) flammea et du Sizerin cabaret Carduelis (flammea) cabaret en Belgique. Aves, 48 (3) : 133-151. (pdf et pdf du résumé)
  • GARNER M., 2015. Redpolls. Challenge Series: Winter. (pdf sur flammea/cabaretpdf sur autres).
  • EVANS L., 2010. The separation of Lesser and Mealy Redpolls. British Birding Association, 15 p. (pdf)
  • DEMEULEMEESTER M., 2017. Identification of Redpolls, a compilation. 49 p. (pdf)

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sizerin boréal ou Sizerin cabaret ?

 

La Commission de l'avifaune française (CAF) a décidé de considérer le Sizerin cabaret comme espèce à part entière, suite à de récentes études.

Le Sizerin boréal occupe les forêts boréales en Scandinavie, en Finlande, et dans le nord de la Russie. Quant à l’aire du Sizerin cabaret, "notre" sizerin, elle prolonge vers le sud celle du Sizerin boréal : côtes du Skagerrak, Danemark, Bénélux, Îles britanniques et un polygone irrégulier couvrant les montagnes boisées du centre et du sud de l’Allemagne, et tout le massif alpin. C’est là que se trouvent la quasi-totalité des nicheurs français, dont les plus méridionaux se trouvent en Ubaye. Quoi qu’il en soit, on considère à l’heure actuelle que tous les nicheurs français sont des Sizerins cabarets.

Un examen attentif des nombreuses données historiques accompagnées de photos a permis de conclure que la très grande majorité des données hivernales de France relèvent également de cette espèce, à l’exception de celles de l’hiver 2005-2006 qui avait vu un afflux de Sizerins boréaux.

À noter que son nom scientifique en profite également pour changer : de Carduelis (genre auquel appartiennent le verdier, le chardonneret et la linotte), le Sizerin devient désormais Acanthis : Acanthis cabaret pour le Sizerin cabaret et Acanthis flammea pour le Sizerin boréal (cette modification de nom scientifique n’est pas encore en place sur Visionature).



Il est donc demandé à tous de modifier les données déjà saisies en "Sizerin flammé" en "Sizerin cabaret". Pour le cas où vous auriez de solides arguments en faveur d’un Sizerin boréal, il faudra le préciser en remarque (une fiche d'homologation pourra être demandée).

Il ne reste plus qu'à trouver des sizerins !

posté par Arthur Vernet - LPO26
 
mardi 23 janvier 2018
27 & 28 janvier 2018 : comptage national des oiseaux des jardins

Pour la sixième année consécutive, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle vous invitent à réserver 1h de votre week-endpour observer et compter les oiseaux de votre jardin le week-end du 27 janvier 2018.

L’année dernière les oiseaux se faisaient rares dans les jardins lors de l’hiver. Cette année cela ne semble pas être le cas. Certaines espèces sont même présentes de façon inhabituellement importante. C’est le cas du Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes caccothraustes) qui est observé en nombre dans une très grande partie de la France cet automne, du fait d’une arrivée massive d’oiseaux depuis le Nord de l’Europe. 26% des jardins participants à l’Observatoire ont accueilli au moins 1 fois cette espèce durant cet automne, contre seulement 1 à 6% des jardins sur la même période de 2014 à 2016. Les participants au comptage de cette année auront donc d’autant plus de chance d’observer des Grosbecs. D’autres espèces semblent également impactées, c’est le cas de la Mésange noire (Periparus ater), qui a été vu dans 20% des jardins contre seulement 4 à 9% les années précédemment.

Enfin, les experts pensent que d’autres espèces pourraient bien être observées en plus grand nombre cet hiver : Becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra) et Sizerins flammés (Acanthis flammea). Alors ouvrez l’œil lors du comptage de fin janvier !

Comment participer ?

  • Choisissez un jour et un créneau d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 janvier, idéalement en fin de matinée ou début d’après-midi, lorsque les températures sont un peu plus chaudes.
  • Choisissez un lieu d'observation : un jardin, un jardinet, une cour conviennent parfaitement ainsi qu’un balcon si des oiseaux le fréquentent. Et si vous ne possédez pas de jardin ce n’est pas grave, vous pouvez effectuer le comptage dans un parc public.
  • Observez et notez durant 1h tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Une fiche d'aide à l'observation rassemblant les principales espèces d'oiseaux qui peuvent y être observées est disponible en téléchargement <<ici>>.
  • Saisissez vos observations sur le site de l'Observatoire des oiseaux des jardins avant le 15 février 2018. Si vous possédez déjà un compte il vous suffit de vous connecter. Sinon il vous faut vous inscrire. Vous trouverez <<ici>> un document d’aide pas-à-pas pour l’inscription et la saisie de données.

Comment ne pas compter 2 fois le même oiseau ?

Cela peut paraitre difficile, surtout quand les oiseaux font des allers-retours incessants à la mangeoire. La technique la plus simple pour éviter les doubles comptages est la suivante : ne notez que le nombre maximal d’oiseaux de la même espèce observés en même temps. Si vous observez successivement 4 mésanges bleues, puis 2 et enfin 1, ne notez que 4 mésanges bleues et non 7 (4+2+1) !

Qui peut participer ?

Tout le monde ! Que vous soyez à la ville ou à la campagne, que votre jardin soit grand ou tout petit, peu importante, que vous soyez débutant ou expert. L’essentiel est d’avoir envie de participer. Il suffit de se munir d’un papier et d’un crayon. N’hésitez pas à photographier les visiteurs ailés de votre jardin, vous pourrez nous les envoyer lors de la saisie de vos observations !

Besoin d’aide ?

Pour tout problème technique (inscription, saisie sur le site…) ou pour l'identification d'un oiseau, l'équipe de l'Observatoire est là pour vous apporter son aide. N'hésitez pas à nous envoyer un mail avec une photo ou une description de votre problème à l'adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Merci par avance pour votre participation.

Bonnes observations !

Contacts :

Pour les questions relatives au comptage national des oiseaux des jardins :
Marjorie POITEVIN - oiseauxdesjardins@lpo.fr

Pour les questions relatives à l’utilisation de la base de données Faune-Drôme :
Cindie ARLAUD – cindie.arlaud@lpo.fr   ou  Arthur VERNET - arthur.vernet@lpo.fr

 

Crédit photo : Fabrice Croset

posté par Cindie Arlaud Lpo26
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 178

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Drôme
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018